20/08/2013

énorme carton pour le coulapic

DSCF0419.JPG

DSCF0374.JPG

L'organisatrice en chef Margaux Riéra n'en revient pas ! Les 17 embarcations de la société Coulapic ont attiré un énorme public venu assister à cette course hors du commun.
Tout le monde a participé et la quarantaine de sponsors ont permis de distribuer des lots à tous les concurrents qui se sont bien amusés et qui ont distrait toute la plage.
Une manifestation qui prend date dans le déroulement de la Saint Vincent pour le plus grand plaisir de tous.

DSCF0345.JPG

Les anchois de Collioure à l'aise hors de leur boîte

DSCF0350.JPG

équipage fleuri

DSCF0353.JPG

équipage star

DSCF0432.JPG

ils livrent aux flots une rude bataille

DSCF0428.JPG

DSCF0433.JPG

DSCF0387.JPG

Le Costa Vermella est un peu handicapé par son poids

DSCF0408.JPG

Le capitaine quitte lâchement le navire

DSCF0398.JPG

Sous le regard indifférent du capitaine de Yellow Submarine

DSCF0452.JPG

Monsieur le maire exulte : tout le monde a gagné, le jury était complètement corrompu, on a bien rigolé : l'esprit de la fête est bien transmis.

Claude Vitou

28/08/2012

Les fêtes de la Saint-Vincent joyeuses et traditionnelles

Bien sûr il y a eu l'apéro du 14 août, la régate du 15

P1050360.JPG

les sardanes sur la place de la mairie,

DSCF7825.JPG

les Llaguts de Rems,

DSCF7842.JPG

le pique-nique à Conso,

DSCF7857.JPG

Mais le clou de ces fêtes reste incontestablement la traditionnelle corrida du 16 août.

Le grand maestro : Joan Pau Fabre a toréé à lui seul les 3 toros élevés spécialement par sa propre ganaderia familiale : El Bricio - 500 kg; el Christofo - 499 kg; et el Pierico - 498 kg : des bêtes magnifiques de bravoure.
Deux oreilles ont été coupées, mais vu le poids - et l'âge du maestro, celui-ci n'a pu être porté en triomphe.

La qualité exceptionnelle du travail à la cape ainsi que la grâce de la muleta ont ravi tous les spectateurs, ainsi que le chef de cuadrilla : Andreu el Francès. Signalons aussi la parfaite maîtrise des piques du picador Monstros.

Le spectacle fut époustouflant depuis l'entrée de l'alguazil Henrico el Francès, jusqu'à l'estocade finale. Le puntillo a été inutile, les mises à mort impeccables.

Remercions enfin tous les bénévoles qui ont maintenu la qualité du sable de ces nouvelles arènes du café Sola en l'arrosant régulièrement sous la surveillance de la présidence Moly.

Le respect des traditions est donc maintenu à Collioure qui reste une ville taurine et qui attend la construction de vraies nouvelles arènes. Il paraît qu'il en existe des démontables tout à fait convenables qui se construisent en 1 jour ! L'avenir nous apportera peut-être des précisions ... Après tout, les parkings aussi peuvent être provisoires.

Claude Vitou