02/02/2015

une famille en or : Les Desclaux

DSCF5378.JPG

Malgré le froid pluvieux d'une soirée de fin janvier, tout le monde était là pour assister à la remise du Mercure d'Or, attribué à l'entreprise Anchois Desclaux : une entreprise familiale depuis cinq générations.
Cérémonie solennelle avec la présence de nombreuses personnalités, mais aussi chaleureuse, sympathique et même émouvante : les Desclaux savent recevoir, peut-être parce-qu'ils ont beaucoup donné et Mercure n'est-il pas le dieu du commerce ainsi que la planète la plus proche du soleil ?

DSCF5426.JPG

Le film de Jo Figuères est projeté aussi lors de visites à la boutique.



Un petit film réalisé par Jo Figuères était projeté en préambule : l'histoire de l'Anchois de Collioure de 1903 à nos jours. Les barques catalanes, les ravaudeuses de filet, puis les chaluts ... et la merveilleuse adaptation des Desclaux qui ont su chaque fois faire les bons choix pour perpétuer ce merveilleux savoir-faire et pérenniser la célébrité de notre petit engraulidé Colliourenc. Même si l'anchois se fait de plus en plus rare en Méditerranée, les stocks viennent aussi de l'Atlantique et l'effiletage, la maturation et le saumurage sont la particularité de la salaison des anchois à la Colliourenque.

DSCF5406.JPG

DSCF5408.JPG



Ensuite Jean-Pierre Navarro, président de la CCI de Perpignan et des Pyrénées Orientales, a rappelé ce qu'est un Mercure d'Or : une récompense des meilleurs commerçants de France, reconnus pour leurs performances selon différents critères : dynamisme, innovation, formation des jeunes, création d'emplois et contribution au développement économique de leur ville. Le jury national qui décerne ces Mercures d'Or tant convoités est présidé par le président de CCI de France.
Bernard Fourcade, président de la CCIR Languedoc-Roussillon, a insisté sur la difficulté à obtenir une telle récompense et exprimé sa joie et sa fierté que cette haute distinction récompense la «  Maison Desclaux  » pour ses cent-dix ans de travail et d'inventivité.

Puis il y a eu Jean-Marie Malherbe, directeur général adjoint du Crédit Agricole : Monsieur «  Labanque  » comme l'appelle Rémy Desclaux, qui a évoqué le rôle essentiel d'un partenariat fidèle.

DSCF5413.JPG

Rémy et Monsieur Labanque : Jean-Marie Malherbe du Crédit Agricole.



Michèle Roméro - première adjointe à la mairie de Collioure - a résumé tout ça; Michel Moly était là pour la construction de la nouvelle usine en 1998 sur la zone de Cap Dourats sur les hauteurs de Collioure; madame la préfète, toujours présente pour féliciter les forces vives de ce département dont elle est très fière a souligné l'élégance du geste artistique de la disposition des anchois en couronne dans les bocaux et enfin, Rémy Desclaux est intervenu pour conclure toutes ces mondanités.

DSCF5409.JPG



Un vrai pro, ce jeune Rémy. Après les remerciements d'usage il a su déclamer toute son admiration à ses ascendants avec beaucoup d'humour et de tendresse. Rugby, viticulture, et même peinture ( les Desclaux sont des collectionneurs éclairés) il sait allier les bonnes valeurs traditionnelles aux nouvelles technologies pour développer la vente en ligne et se tourner vers l'avenir avec enthousiasme et entrain.
 
On a eu aussi la séquence émotion avec François qui a rendu hommage à son arrière grand-mère : Anna Serre qui a travaillé à l'usine de salaison depuis l'âge de dix ans jusqu'à la fin de sa vie.

DSCF5423.JPG

DSCF5419.JPG

DSCF5421.JPG



Une totale réussite, cette soirée, surtout que le buffet concocté par le traiteur Philippe Mèle de Canet était lui aussi à la hauteur avec en vedette bien sûr les anchois Desclaux.

DSCF5431.JPG

Robert : La Classe.

DSCF5403.JPG

François : L' Emotion.

DSCF5412.JPG

Rémy : La Relève.

DSCF5303.JPG

La boutique dirigée par Annie.

DSCF5306.JPG

Qui pourra peut-être se reposer un peu ...

DSCF5301.JPG


Anchois Desclaux, 114 carrefour du Christ, Collioure. www.anchoisdesclaux.com


Claude Vitou

27/12/2014

Tarte Marie transmet son tablier

DSCF5056.JPG

Il a fallu huit ans pour trouver la bonne personne, mais maintenant ça y est, les tartes de Marie ont fait leur grand retour.
« Même si je transmettais volontiers mes recettes à quelques amies de temps en temps, je voulais vraiment que ma succession soit assurée avec toutes les valeurs auxquelles je suis très attachée. Là je suis certaine que j'ai trouvé la perle rare. »
Il s'agit d'Anne-Lyse Pfohl Payré, la petite fille de la famille du mas des Ripouilles, entre Alénya et Saint-Nazaire, qui s'appelle maintenant la ferme du Biosillon.
Anne-Lyse a huit ans d'expérience dans la restauration. C'est une vraie pro. Elle est remarquablement installée sur les hauteurs de Collioure dans un laboratoire tout à fait fonctionnel et bien équipé.

DSCF5064.JPG


Ses pâtes sont élaborées avec de la farine semi-complète et de l'huile d'olive pour les pâtes salées. Tous ses produits sont «  bio  », frais et de saison : une valeur sûre.

DSCF5081.JPG

DSCF5071.JPG

DSCF5075.JPG

DSCF5059.JPG


 Il ne manquait plus que les conseils bienveillants de Marie : le résultat est parfait et le public absolument ravi d'avoir retrouvé en particulier la tarte «  amandes chocolat » dont personne n'a oublié la saveur.

DSCF5061.JPG

DSCF5078.JPG

DSCF5080.JPG

Avec Marie, la transmission se fait dans la bonne humeur : on prend le temps.

DSCF5083.JPG

Puis on passe aux choses sérieuses : Marie offre son tablier à Anne-Lyse

DSCF5087.JPG

et lui apprend même à le nouer.

DSCF5088.JPG


La relève est enfin assurée ! Et la sauvegarde de notre patrimoine gastronomique aussi !


Anne-Lyse est présente sur le marché de Collioure le dimanche matin; et à Perpignan, place de la république, le samedi matin. Elle travaille aussi sur commande comme traiteur pour des collectivités, des municipalités ou des particuliers.
Renseignements, informations : Tarte en Cas : 0671545289.

Claude Vitou

26/04/2014

dégustation vente dans la vigne

DSCF2247.JPG

Claude Astié fier de son travail

C'est une façon originale et très conviviale de présenter son vin.
 Dimanche matin, Claude Astié avait lancé les invitations pour venir déguster les deux derniers nectars  de son domaine à Cap Dourats: un Collioure Rouge et un Banyuls Blanc, au milieu des vignes, au soleil, avec vue sur la mer, et le tout accompagné de la musique du groupe «  Influence  ».
Il parle de son vin avec beaucoup de passion, toujours à la recherche d'une qualité exceptionnelle. Et les rangées impeccables de ses Grenache, Mourvèdre et Carignan témoignent de son dur labeur.
Il prodigue d'infinies attentions à tous ces petits ceps taillés en éventail pour une meilleure maturation.
Le groupe Influence chante «  aller au bout de mes rêves ». Pour Claude, aller au bout de ses rêves c'est réussir à construire Sa cave. Nous lui souhaitons de bon cœur d'y arriver bientôt.

DSCF2262.JPG

Il présente ses deux champions

DSCF2264.JPG

L'ambiance est très conviviale

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

Le groupe Influences joue Goldman

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

Des chaises ont été installées pour les mélomanes

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

au milieu des feixes

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

Il y a le vin, la musique et la mer ...

Claude Vitou

09/01/2013

L'association du sculpteur et du boulanger

DSCF8962.JPG

Belle initiative que cette association du sculpteur et du boulanger à la boulangerie "La.mi.do.ré ", avenue de la République.
Pour la 2e année consécutive, notre célèbre sculpteur et joailler Vincent Torguet a créé des modèles de fève qu'on pourra trouver dans les galettes de Sophie et Arnaud Gavila.

L'opération commence dimanche 6 janvier, jour de l'Epiphanie et dure pendant 15 jours. Il y a 1 fève en or : 2,7g, 18 carats; et 5 fèves en argent. La boulangerie est ouverte tous les jours sauf le jeudi.
La photo représente de gauche à droite : Arnaud et Sophie Gavila avec leur petit roi, et l'artiste Vincent Torguet.
Renseignements : 0623000727.

Claude Vitou

11/04/2012

Rencontre au sommet entre les restaurateurs et les vignerons

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Monsieur Pous explique la viticulture aux restaurateurs.

Ce lundi 28 mars a été une journée "découverte du vignoble et des vins AOC et IGP" organisée par le Syndicat des Vignobles de la Côte Vermeille, sous la houlette de la responsable : Isabelle Moly, pour les restaurateurs de Collioure.

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Etaient représentés : Côté Patio, Le Can Pla, La Marinade, Le San Vicens, Le Copacabana, et La Claire Fontaine. Les caves participantes : Coume del Mas, Domaine Les Tines, Le Dominicain, Domaine Berta-Maillol, Cave de l'Abbé Rous, Domaine Madeloc, Domaine Pietri-Géraud, Domaine St Sébastien, Domaine Vial Magnères, Domaine de la Rectorie, et Domaine de la Casa Blanca.

La journée a commencé avec Francis Pous, de la cave du Dominicain, qui nous a raconté la vigne avec beaucoup de passion. Les chemins muletiers, les ceps centenaires, l'urbanisation qui gagne du territoire sur la vigne qui en perd, les bruyères qui signalent un sol acide, les chênes lièges femelles qui servent à la fabrication des bouchons...Tout cet immense paysage qui va jusqu'au Cap Béar et qui a été façonné à la pioche par nos ancêtres. Il est intarissable sur l'histoire du vignoble, sur les 6000 km de murettes, qui soutiennent la terre et qui permettent le bon écoulement de l'eau; sur son ennemie en général : l'herbe ; et sur son ennemi particulier : le vespère.

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Et puis, de l'autre côté du col de Mollo : il n'y a plus de murettes. Nous retrouvons Jean Cardoner, vigneron au GICB, qui nous explique la plantation de vignes "coupe-feu" après les incendies de 1970. Ces 60 hectares, propriété des familles Escouboué et Dieulafé, ont été plantés avec les cèpages traditionnels du cru : grenache, mourvèdre, vermentino, roussane ... au bulldozer, sans murettes mais avec des pistes, des chemins et des canalisations pour l'eau. Et ça marche : il n'y a pas de dégâts comme on peut le constater. Ceci permet une petite mécanisation du travail viticole et Thierry Parcé, du domaine de la Rectorie nous présente Gyspette son mulet, qui laboure avec l'aide de Kelly (comptoise).

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Cette agréable excursion se poursuit par une lecture du paysage de la terrasse panoramique du Mas Reig à Banyuls, siège du Syndicat des Vignobles de la Côte Vermeille, par Bernard Saperas du domaine Vial-Magnères. Quand on boit un vin, c'est toute une histoire qu'on déguste, toute une vie de vigneron, tout un paysage auquel nous sommes très attachés et qu'il faut préserver. Ce paysage qui a été sculpté depuis des siècles et que nous devons transmettre ...en l'entretenant de notre mieux.

Ensuite Hélène Grau, oenologue, a animé une dégustation des Collioure blancs; et cette rencontre fructueuse s'est terminée par un déjeuner sous forme de buffet en accord des mets et des vins préparé par le restaurant de Banyuls : La Littorine.

Le vin ne se réduit pas à une couleur, un nez, un goût, un arôme mais il représente tout un terroir, un rêve, un moment... Et c'est tout cela que nos restaurateurs vont essayer de présenter aux consommateurs éventuels; après cette journée intéressante et instructive.

Claude Vitou

17/04/2010

Les croquants de Collioure

croquants 028.jpg

Au 8 rue Berthelot (perpendiculaire à l'école Jules Ferry) les passants se délectent des senteurs d'amandes grillées, de chocolat et de citron. En effet, c'est dans une petite boutique que la Famille Pons excelle dans la fabrication artisanale du croquant à l'ancienne de Collioure. L'aventure a débuté en 1986 à St Paul de Fenouillet. A cette époque, Colette avait l'habitude de proposer pour le dessert ou le goûter des croquants qu'elle confectionnait selon une recette d'une grand-mère du village. Constatant que ses amis ou ses proches avait été séduits par ce biscuit, elle eu l'idée originale de vendre ses croquants fait maison en compagnie de son époux Henri et de son fils Lilian. En 1999, ils se sont installés à Collioure, créant un petit atelier de fabrication et ont proposé alors la vente directe de leur fameux biscuit.

croquants 006.jpgAinsi, le savoir faire se transmet de mère en fils avec l'aide du papa. Ce dernier nous a dévoilé comment s'effectuer la fabrication du croquant à l'ancienne : « En premier lieu, il faut faire la pâte, pour cela on utilise des ingrédients naturels et traditionnels tels que du sucre, des œufs frais, de la farine, des zestes de citron, des amandes, des pépites de chocolat en fonction de la gamme du biscuit (croquants à l'ancienne, catalan, à l'anis, au chocolat et grand-mère). Ensuite, on fait tourner tous les ingrédients durant une vingtaine de minutes dans un pétrin afin de réaliser une pâte, puis on l'étire au laminoir (appareil qui aplatit régulièrement la pâte à 1 cm d'épaisseur). La découpe de la pâte en bâtonnets est manuelle et s'effectue à l'aide de rouleaux à disques. Les bâtonnets de pâte sont alignés sur une plaque en fer et sont dorés au jaune d'œufs. Ceci permettant de servir de colle naturelle pour ajouter les amandes. Le passage au four dure environ 25 minutes, au bout de 10 minutes les bâtonnets de pâte gonflent et prennent la forme finale du croquant. La mise en sachet (340g) est aussi manuelle ».

La famille Pons propose également d'autres biscuits tels que Les Rochers de Collioure (plus moelleux) s'apparentant aux macarons et de nombreux produits régionaux (rousquilles de la pâtisserie Roué, vins, anchois, confitures, huile et vinaigre de Collioure...).Les croquants de Collioure se retrouvent aussi sur les bonnes tables des restaurants de la région qui les proposent au café ou au dessert, avec de la crème catalane par exemple. Récemment, les fabricants ont eu l'heureuse surprise de figurer dans la boutique des produits de luxe Hédiar qui prône une vitrine de produits de qualité artisanale de la région. croquants 002.jpg

 

croquants 018.jpg

croquants lilian.jpg

Le Croquant à l'Ancienne. Spécialité de la Famille Pons. 8 rue Berthelot 66190 Collioure. Tel : 04 68 98 08 90. Possibilité de VPC.

19:10 Publié dans gastronomie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : croquants | | |

09/04/2010

Sa Majesté Asparagus

asperge fleurs.jpg

A Collioure, au fil des saisons, Dame Nature offre une multitude  de délices gourmands à la portée de tous : thym, asperges sauvages, arbouses, mûres, romarin, champignons... Mais en cette période printannière c'est l'Emeraude Verte' de la Côte Vermeille qui est à son apogée. Car ici, comme dans tout le grand sud, cette plante à la saveur particulière pointe son nez aux environs de Pâques et parce que c'est la tradition, les Catalans se délectent d'asperges sauvages, généralement sous forme d'omelette, le lundi pascal. Les ramasseurs d'asperges sauvages, délicieuses et à l'abri des regards, sont nombreux à traquer l'asparagus. Alors aujourd'hui, voici quelques secrets pour les dénicher !

asperge.jpgComment la cueillir. Pour les non initiés, qui souhaitent se lancer dans l'aventure, voici quelques conseils pour débusquer la 'belle verte' ! L'asperge à feuilles aiguës, Asparagus acutifolius, pousse sous des buissons. Les buissons d'asparagus se trouvent généralement dans l'immensitédu maquis, sous les chênes verts ou lièges, ou encore les oliviers,à proximité des murets de schistes en bordure des sentiers. Les fourrés d'asparagus sont composés de rameaux pouvant atteindre un mètre de hauteur. Les brindilles de ces derniers sont recouverts d'aiguilles plus ou moins fines et piquantes en fonction de l'âge de la plante. L'asperge n'est autre que la jeune pousse de cet arbuste, mais on ne peut pas la comparer à celles qui sont cultivées. Car l'asperge sauvage peut mesurer plus d'une dizaine de centimètres et son diamètre est de deux ou trois millimètres seulement. Elle demeure un somptueux concentré de saveurs.

En se baladant. Mais attention, la rebelle ne se laisse pas cueillir si facilement ! Il faut arpenter les abords du parc Pams ou du St Elme pendant une vingtaine de minutes : c'est une bonne occasion pour faire une halte au pied de la Glorietta ou du Moulin, la vue de la baie du petit port catalan est imprenable, surtout pour les amateurs de photographies. Lorsque les bois de chênes sont en vue, il s'agit de dénicher les fameux buissons. Pour cela, à chacun sa technique ! Les anciens, eux, connaissant déjà les coins, courbent l'échine, soulèvent les buissons à l'aide d'un bâton et cueillent la belle asparagus. La taille s'effectue à la main ou à l'aide d'un 'ganivet'(couteau) au niveau du bas de la tige. Il ne faut surtout pas arracher la racine, elles ne repousserait plus ! Et pour l'anecdote, il faut savoir que le Roi Soleil, qui en raffolait, tenta de cultiver l'asperge sauvage dans les jardins de Versailles : ce fut un échec, cette dernière préférant le soleil de la Méditerranée.

Recette de l'omelette aux pointes d'asperges. Pour 4 personnes : 8 oeufs, 20 cl de crème fraîche, une botte d'asperges sauvages, thym de la garrigue, huile d'olive, sel et poivre. Après avoir coupé les pointes d'asperges, les faire revenir dans une poêle avec un peu d'huile d'olive, les réserver. Battre les oeufs avec la crème fraîche, puis ajouter le sel, le poivre, le thym et les pointes d'asperges. Faire cuire comme une omelette traditionnelle. On peut également faire bouillir les pointes d'asperges dans de l'eau salée au lieu de les faire revenir dans de l'huile d'olive. Bon Appétit !

botte d'asperges.jpg