12/04/2010

La procession de l'Ataco

DIV AVRIL COL 141.jpg

Après la traditionnelle procession nocturne de la Sanch du vendredi Saint dans la cité des peintres, une procession relatant la résurrection du Chist en présence de la Vierge Marie, a arpenté le Boramar avant la grande messe de Pâques. Les membres de l'Archiconfrérie de la Sanch de Collioure et l'abbé Martin Gabet ont débuté la procession depuis le Presbytère, pour l'occasion et selon la tradition le Mistéri de Jésus a arboré une véritable grappe de raisin conservée pendant un an et a été paré de fleurs rouges. Les hommes ont avancé vers la rencontre de la Vierge en récitant en boucle 'Je vous salue Marie'. De l'autre côté, les femmes ont marché vers Jésus, depuis l'Eglise Notre Dame des Anges avec la même ferveur. Le Mistéri de la Vierge portant un voile bleu ciel et décoré de fleurs blanches a provoqué l'admiration du public. Puis , lors de l'Ataco où les deux statues sont face à face , les femmes se sont agenouillées devant le Christ marquant l'instant de grâce de la résurrection de Jésus devant Marie rythmé par l'air du célèbre 'Regina Caeli' entonné par la chorale du Campanar Sardanista.

DIV AVRIL COL 112.jpg

La manifestation religieuse s'est achevée autour de la grande messe de Pâques en présence de nombreux fidèles.

08/04/2010

Les Goigs del Ous

DIV AVRIL COL 045.jpg

Dans la tradition pascale, les Goigs del Ous demeurent un rituel incontournable. Les membres de la chorale du Campanar Sardanista ont arpenté les ruelles de la cité des peintres et de ses alentours afin de récolter les fameuses 'Cistellas', paniers garnis de mets et de vins du pays offert par les habitants du village, et ce en en échange de quelques chansons populaires catalanes. Le petit train de Max Tonetto a amené tous les membres de la chorale du Campanar Sardanista tous vêtus des traditionnels costumes catalans chez le plus Catalan des Canadiens Donald Smith qui a apprécié ce clin d'oeil pascal.

27/03/2010

La Procession Nocturne du Vendredi Saint

 Procession Sanch 043.jpg

La traditionnelle procession de La Sanch se déroulera ce vendredi 22 avril  à partir de 21 heures. Nous sommes allés à la rencontre de Roger Brousse, Président de l'Archiconfrérie de la Sanch de Collioure. Ce dernier nous a éclairés sur la Sanch. Interview.

Comment a été créée La Confrérie de La Sanch à Collioure ?

Au début du 15ème siècle, le grand prédicateur, Saint Vincent Ferrier a fondé au sein de notre village 'La Confrérie du Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ'. La Confrérie de La Sanch recrutait ses membres parmi la population : marins, vignerons et commerçants. L'église du bourg, à l'époque attenante au château royal a fait office de siège canonique. L'apôtre de la paix et son disciple Quéralt, fils de Collioure ont demandé aux confrères de méditer la Passion du Christ et d'aider les malheureux. L'activité de la Confrérie de la Sanch de Collioure a cessé en 1905, mais son blason aux cinq plaies glorieuses ( cinq plaies du christ) sur manteau pourpre, est resté fixé sur le baldaquin doré de l'Altar de la Sanch. Ce n'est qu'en 1949, sous l'impulsion de l'archiconfrérie de la Sanch de San Jaume de Perpignan, et ce avec la bénédiction de Mgr Bernard et l'aide spirituelle de Mr le Chanoine Ribes, que la procession de la Sanch a parcouru à nouveau les ruelles du vieux Collioure, le Vendredi Saint au lieu du jeudi, ce jour étant plus adéquat à la commémoration du Christ.

Quels sont les buts de La Confrérie de La Sanch ?

Dès l'origine, La Confrérie de La Sanch a eu un triple but !

Tout d'abord, le perfectionnement des confrères par des pratiques pieuses (messes, célébrations et assemblées de l'Archiconfrérie...). Le second but s'appuyant sur la commémoration de la Passion de Jésus, par la traditionnelle Procession du Vendredi Saint. Et enfin, le dernier objectif qui demeure capital au sein de la confrérie bien qu'il possédait à l'époque un sens plus profond qu'aujourd'hui est l'aide aux prisonniers, aux malades et aux plus démunis. Autrefois,quelques hommes de la confrérie de La Sanch accompagnaient les condamnés à mort (leurs visages voilés du même caperutxa) jusqu'à la chapelle du Pla de Las Forques, les confrères portaient alors une cagoule rouge (caperutxa), flambeaux à la main et accents lugubres du 'Miserere des pendus'. En tête du cortège, le Régidor agitait une cloche afin d'avertir la population du passage des condamnés. Puis, par la suite, ces mêmes confrères faisaient dire des messes.

 Actuellement, quelles sont les actions de la confrérie à travers ces buts ?

Aujourd'hui, nous aidons des associations humanitaires, des groupes de prières par nos propres moyens. Lors d'un décès, nous accompagnons la famille en deuil durant les obsèques, afin de lui apporter un soutien dans un tel moment de souffrance. Nous allons rendre visite aux malades du Centre Hélio Marin (Mer, Air, Soleil) de Collioure. D'autres confrères vont à la rencontre de prisonniers. 

Sanch 112.jpgDe quoi est composée la tenue du pénitent ?

Le pénitent est habillé d'une sorte de longue robe rouge ou noire appelée 'sac de pénitent', le visage du pénitent est recouvert d'un voile noir ou rouge, percé par deux trous et maintenu par un cône en carton rigide. Certains ont d'autres attributs : cloche pour le régidor, quatre Tambours pour rythmer la marche, flambeaux (atxes) pour éclairer la procession nocturne. Les femmes portant les misteris sont coiffées de la traditionnelle mantille. A noter que les tenues sont réalisées par des bénévoles.

Combien d'hommes et de femmes regroupent la procession de la Sanch à Collioure ?

Il y a environ 80 hommes et une trentaine de femmes qui participeront cette année à la procession de la Sanch de Collioure. De plus, une soixantaine de caparutxes venant de Perpignan seront également présents. 

 Quelle est l'ambiance générale de la procession de la Sanch ?

Sanch 060.jpgTout au long des rues si pittoresques du vieux port (rues Mailly, Rière, St Vincent, Fraternité, Jules Ferry, Berthelot, Pasteur, Colbert, Vauban), les flambeaux accompagnant la procession serpentent et scintillent dans la nuit mystérieuse, évocatrice du drame éternellement angoissant du Golgotha. La décoration des habitations situées le long du parcours, l'aménagement des reposoirs où sont exposées les icônes conservées pieusement par les familles, les chants religieux de tout un peuple de fidèles, tout cela fait partie intégrante de l'ambiance extraordinaire qui règne dans le cadre de cette manifestation religieuse.

 Interview Barbara Delacre Crédits Photos Barbara Delacre

Qui sont les fameux 'Misteris' ?

Misteris de La Sanch 028.jpg

Les Misteris sont des représentations grandeur nature des différentes scènes de la passion du Seigneur. Au temps où l'imprimerie n'existait pas encore, les Misteris étaient une sorte de témoignage vivant pour la population.

Lors de notre procession de la Sanch, sept vénérables Mistéris défileront à savoir : la flagellation, le couronnement d'épines, la Vierge des Douleurs, Sainte Véronique, le crucifiement, Notre Dame de la Soledat et le Christ Gisant.

Tous sont très anciens et représentent de véritables oeuvres d'art à part entière. La main habile du sculpteur a su rendre au bois cette surprenante expression de douleur qui frappe et séduit.

Misteris de La Sanch 011.jpgUne petite anecdote existe au sujet d'un Misteri. Durant la révolution de 1789, le monastère des dominicains situé au Faubourg a été abandonné par les religieux sur place. De braves gens ont tenté de sauver ces trésors mais hélàs certains périrent dans les flammes. A la même époque, un vigneron Colliourenc qui se prénommait Come Nondedeu rentrait chez lui, un sac plein de rabasses (ceps de vigne). En passant devant le couvent des dominicains, il remarqua un amoncellement de statues et de tableaux qui avaient été retirés de l'Eglise dans la matinée afin d'être brûlés. A la vue de ce triste spectacle, dans un mouvement d'indignation, le brave Come vida son sac qui contenait les rabasses et y mis à la place la statue de la vierge qui se trouvait le plus proche de lui. Il traversa le village sans attirer les regards, puis, chez lui, où se trouvait un puits, il décida d'y cacher la statue en l'emmurant dans la paroi intérieure, au préalable creusée par ses soins. C'est ainsi, que la statue qui n'était autre que la Vierge de la Soledat fut sauvée et fit sa réapparition une fois la tourmente passée. De nos jours, elle est exposée à l'église paroissiale où elle continue d'être vénérée.

Le Parcours de la Procession de la Sanch du vendredi 2 avril 2010

Procession Sanch 053.jpg

Le parcours ponctué des traditionnels reposoirs sera le suivant : Départ à 21 h 00 Eglise Notre Dame des Anges, Rue Mailly, rue de la Prud'homie, rue St Vincent, rue de l'Egalité,rue Militaire, rue de la Fraternité, rue Pasteur, rue Colbert, rue Vauban, rue Rière, Boramar et Eglise.