21/01/2014

l'IHEDN en séminaire

DSCF0686.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale passe quelques jours à Collioure pour son séminaire de rentrée.
Accueil chaleureux du maire Michel Moly, visite des monuments de la ville, conférences au centre culturel sur le panorama géo-stratégique actuel et exercices pratiques sur la plage du Voramar, entre le clocher et le château avec les soldats du CNEC - centre national d'entraînement commando 1er bataillon de choc.

DSCF0704.JPG
                                 Cet institut de formation est un établissement public administratif sous l'autorité du 1er ministre, qui fait appel à des experts plutôt qu'à des professeurs classiques.
Son directeur : le Général de corps d'armée Jean-Marc Duquesne , souligne l'étendue des différentes missions de cet institut : plateforme interministérielle civile et militaire pour former, rassembler, et fédérer au niveau national ( 60 jours par an de formation ) et régional ( sessions de plus courte durée ). Il y a en moyenne 8500 auditeurs par an et 25000 journées auditeurs.   

                               DSCF0715.JPG

 

 
 
                                             
Les sessions orales couvrent un spectre large sur tout le territoire : session à Orléans le mois prochain.
Les débats de haut niveau sont ouverts sur le monde et ancrés dans l'espace européen. La mission de l'IHEDN est élargie aux questions de défense, de politique étrangère, d'armement et d'économie de défense.

Ce séjour à Collioure concerne 101 auditeurs dont 17 femmes : 31 militaires et 70 civils : élus, députés, sénateurs,ecclésiastiques, hauts fonctionnaires, médecins, responsables d'entreprises ....Tous sélectionnés ( 70 sur 300 candidats), motivés, en excellente forme physique ( les parcours du combattant spécialement aménagés ne sont pas de tout repos ) et intellectuelle : Ils devront restituer leurs connaissances en fin d'année pour la " validation" de leur stage.

               

DSCF0720.JPG


Leurs défilés en treillis dans la rue du Mirador et leurs exercices sur la plage animent le village, et leur présence  sensibilise la population pour une meilleure compréhension du lien qui existe entre civils et militaires.

Claude Vitou

23/07/2013

Félix Valdelièvre expose au château royal

DSCF0178.JPG

Le vernissage à eu lieu jeudi 11 juillet 2013 en présence de Michel Moly, maire, 1er vice président du conseil général.

DSCF0183.JPG


Quand l'artisan devient vraiment artiste, il change complètement le cours de sa vie, et il fonce en réalisant ce qu'il a dans la tête avec une grande technique acquise pendant son artisanat.

DSCF0186.JPG


Le résultat est spectaculaire. La tôle plate a été découpée, soudée, meulée, poncée, oxydée, patinée ... Les formes sont ovales et allongées, oscillant du phallus au cocon : Félix aime l'ambigüité.

DSCF0177.JPG


La matière est lisse ou granuleuse : la limaille de fer agglomérée augmente le contraste; mate ou brillante, noire ou rouillée.
C'est monumental; à la fois fort et dur; raffiné et élégant. Ce métal noble travaillé avec autant de talent nous communique énergie et force.

DSCF0188.JPG

L'exposition est à découvrir tous les jours de 10 h à 18 h jusqu'au 8 septembre dans la chapelle du château royal.

Informations : 0468820643.

Claude Vitou

14/07/2013

Le fort saint Elme est un théâtre extraordinaire

DSCF0173.JPG

D'abord il y a la salle de spectacle, en plein air, avec une vue époustouflante et un décor naturel de rêve.

DSCF0142.JPG


Et puis il y a Béranger 1er, qui sait qu'il va mourir, mais qui s'accroche désespérément à la vie, entouré de ses deux reines, Marie la bienveillante et Marguerite la cruelle; de ses deux servantes infirmières danseuses; et de ses deux gardes improbables.

DSCF0154.JPG


On assiste, médusés à l'agonie du roi, à ses regrets, à sa décadence, à la destruction de son royaume; dans la confusion du temps qui passe, du temps des costumes du moyen âge et du temps des téléphones portables.

DSCF0161.JPG


Et puis il y a la danse avec la mort, dont la séduction est un peu retardée par les soins de madame le médecin du roi, mais qui finit quand même par l'emporter.

DSCF0159.JPG


Cette adaptation du " roi se meurt  "d'Eugène Ionesco mise en scène par Christophe Pélissier et jouée par une troupe de comédiens du Boulou est étrange, intéressante et fort sympathique.
Ce décor naturel est vraiment fabuleux, et quand le roi pénètre dans la mort, une légère brume s'élève au dessus de la tour : les effets spéciaux sont vraiment réussis.

Dernière représentation : 12 juillet, 20 h 30. réservation : 06 64 61 82 42
Claude Vitou

24/06/2013

Exposition des photos de Dali au château

L'inauguration de cette exposition a eu lieu vendredi 14 juin à 18 h.

DSCF9865.JPG

Les photos sont de Joan Vehi : à gauche sur la photo  avec le charismatique maire de Cadaquès : Joan Figueras.
Et comme l'explique le commissaire de l'exposition : Pere Maset : tout l'intérêt de cette exposition vient de là. Car Joan Vehi était l'homme de confiance de Salvador, son menuisier, son technicien. Salvador dessinait et Joan exécutait.
De sorte que nous avons vraiment les deux personnages de Dali : le Dali intime,en espadrilles, chez lui à Port Llegat, avec Gala,

DSCF9839.JPG

avec le cyprès qu'il avait fait pousser dans une barque, avec sa chaise à 6 pieds, avec la voie lactée autour de sa maison; et le Dali public, très élégant, avec ses excentricités, son hélicoptère pour masquer sa peur de l'avion, sa Cadillac dans les arènes de Figueras;

DSCF9842.JPG

ses fausses moustaches, sa pluie de plumes sur Manitas de Plata, ses gegants habillés par Christian Dior ...
Une exposition FFantastique, avec la présentation d' une oeuvre originale : " les Sirènes de Cadaquès "

DSCF9850.JPG

gentiment prêtée par cette commune, preuve d'une très grande amitié avec Collioure.
Michel Moly, maire, vice président du conseil général, devant un public nombreux, a longuement remercié tous les élus venus de l'autre côté de la frontière pour cette occasion.
L'exposition des photos de Dali est à voir au château jusqu'au 15 septembre, renseignements : 0468820643.

Claude Vitou

30/03/2013

C'est le moment de planter la vigne

DSCF9407.JPG

Lundi 11 mars : le soleil est voilé, la température est douce, il n'y a pas de vent : Guy Puig du domaine Manya Puig a décidé de planter les ceps de vigne avec une " tarière " sorte de marteau piqueur avec une vis sans fin. Cet engin pèse quand même plus de 25 kg, et si le terrain est rocheux, la fatigue se fait vite sentir. Ce système de plantation a remplacé la méthode à la dynamite ...

DSCF9403.JPG



 Il plante des greffés-soudés de grenache noir, chaque jeune cep est recouvert de paraffine pour le protéger et éviter le dessèchement.

DSCF9408.JPG

Le 1er fait le trou à la tarière, le 2e y dépose le greffé-soudé, et le 3e rebouche le trou à la pioche. La mécanisation reste très limitée : le mal au dos guette, mais la terre est meuble après ces fortes pluies, et le paysage est magnifique.

Et puis dans quelques années, la récolte donnera un banyuls excellent souligne Guy, fier de sa médaille d'or au dernier concours général agricole du salon de l'agriculture de Paris pour son dernier Banyuls Blanc.

Claude Vitou

Réunion exceptionnelle à la mairie

DSCF9428.JPG

Mardi 12 mars à 17 h, avant la réunion officielle du bureau de la mairie de Collioure; le conseil municipal était presque au complet pour recevoir 2 hôtes de marque : Michèle Clarès et Jo Figuères.
le cadeau de Michèle Clarès.

C'est un tableau textile de 130/120 intitulé : les visages du monde. Il va être désormais affiché à l'accueil de la mairie pour que tous les visiteurs puissent l'admirer. Ces visages de différentes ethnies que l'artiste a trouvés dans le magazine Géo, sont extraordinaires. Tout le travail est fait à la main : la broderie, l'appliqué, l'appliqué-inversé; et le support textile donne un relief particulier et une certaine douceur à ces visages aux regards expressifs. Cette oeuvre a obtenu le prix du public à l'exposition internationale de Lyon en 1995, et Michel Moly est particulièrement touché par ce cadeau offert par Michèle Clarès dont il a bien connu les parents au cours de ses mandats et qui est maintenant reconnue internationalement dans le monde de l'art textile.

DSCF9417.JPG


L'appel de Jo Figuères.
Jo Figuères, personnalité remarquable de Collioure lance un nouveau cri d'alarme pour sauver Consolation. Il a réalisé un film montrant notre cher ermitage Notre dame de consolation au fil des ans. Le temps des mariages, des anniversaires, des fêtes, des cargolades, des chansons ... Le temps des réunions joyeuses auxquelles tout le village participait ... Le temps des cerises chanté par Pierrot Camps ... Il ne reste plus beaucoup de temps pour sauvegarder tout cela : il est urgent d'agir sinon Consolation va mourir ! Ce film a pour but de donner l'alerte aux élus , et d'interpeler la population. Jo Figuères voudrait que " les Pabordes " qui gèrent actuellement Consolation se mettent en rapport avec la municipalité pour trouver rapidement une solution.

Claude Vitou

10/03/2013

François Bernadi en vedette au Caféclat

DSCF9140.JPG

C'était l'Evènement de la saison de Caféclat ce vendredi 15 février : A l'occasion de la réédition de son roman " L'oeil de mer " aux publications de L'Olivier, François Bernadi est venu enchanter son auditoire avant de se livrer à la traditionnelle séance de dédicaces: pour chacune un dessin marin et un message chaleureux.

DSCF9133.JPG


  Ellen Hall, créatrice de Caféclat.

C'est le café littéraire de Collioure, qui invite une fois par mois le vendredi de 18 h 30 à 20 h des écrivains à présenter leurs oeuvres et à partager leur amour pour le mot juste. Ces conviviales réunions ont lieu au 1er étage des Templiers. Renseignements : www.cafeclat.blogspot.com

DSCF9142.JPG


 Un chef d'oeuvre : l'édition originale magnifiquement illustrée par l'auteur de " Rue du Soleil".

Il n'a pas l'habitude de tant d'honneurs, François, il a la simplicité des plus grands. Mais il fait un effort, il se lance, et puis plus rien ne l'arrête, et surtout pas la pendule : il est libre.
 Sans plan, sans chronologie, comme ça lui vient, il raconte avec un plaisir évident ses souvenirs, ses anecdotes, les personnages qui l'ont marqué.

Son enfance à Collioure, où il a eu comme maître Augustin Hanicotte ou bien le général Caloni; son adolescence à Menton chez sa tante avec son entrée au lycée et sa première fête du citron; et surtout son école des mousses pendant laquelle la guerre a été déclarée. Sa campagne maritime dans le sous-marin reste rocambolesque et la confusion des différents bateaux de guerre très drôle !

Il y a eu ensuite les dures années du STO, mais il raconte toujours avec autant d'entrain et d'humour son apprentissage d'ouvrier en Allemagne, ses copains Daubis et Cazeilles, son évasion dans les toilettes du train ... son récit est parsemé de quelques chansons pour les paroles desquelles il consulte son calepin ou bien de quelques phrases en catalan. Et même si on perçoit un peu de nostalgie pour ce Collioure d'autrefois, ses plages remplies de bateaux ou ses fermières du Rimbau; on admire son énergie, son optimisme et le nombre de ses projets. Sa silhouette élancée nous fait oublier qu'il est né en 1922 !
Peinture, littérature, sculpture ?

Oui, oui, tout cela, mais en dehors du système : " je suis un homme libre ".
Bravo Monsieur Bernadi, Collioure vous remercie par un tonnerre d'applaudissements. Que les inconditionnels se rassurent " Rue du Soleil " va être réédité après l'été 2013; et toutes les anecdotes qu'il nous a racontées ici feront l'objet de son prochain livre.

Claude Vitou