11/04/2012

Rencontre au sommet entre les restaurateurs et les vignerons

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Monsieur Pous explique la viticulture aux restaurateurs.

Ce lundi 28 mars a été une journée "découverte du vignoble et des vins AOC et IGP" organisée par le Syndicat des Vignobles de la Côte Vermeille, sous la houlette de la responsable : Isabelle Moly, pour les restaurateurs de Collioure.

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Etaient représentés : Côté Patio, Le Can Pla, La Marinade, Le San Vicens, Le Copacabana, et La Claire Fontaine. Les caves participantes : Coume del Mas, Domaine Les Tines, Le Dominicain, Domaine Berta-Maillol, Cave de l'Abbé Rous, Domaine Madeloc, Domaine Pietri-Géraud, Domaine St Sébastien, Domaine Vial Magnères, Domaine de la Rectorie, et Domaine de la Casa Blanca.

La journée a commencé avec Francis Pous, de la cave du Dominicain, qui nous a raconté la vigne avec beaucoup de passion. Les chemins muletiers, les ceps centenaires, l'urbanisation qui gagne du territoire sur la vigne qui en perd, les bruyères qui signalent un sol acide, les chênes lièges femelles qui servent à la fabrication des bouchons...Tout cet immense paysage qui va jusqu'au Cap Béar et qui a été façonné à la pioche par nos ancêtres. Il est intarissable sur l'histoire du vignoble, sur les 6000 km de murettes, qui soutiennent la terre et qui permettent le bon écoulement de l'eau; sur son ennemie en général : l'herbe ; et sur son ennemi particulier : le vespère.

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Et puis, de l'autre côté du col de Mollo : il n'y a plus de murettes. Nous retrouvons Jean Cardoner, vigneron au GICB, qui nous explique la plantation de vignes "coupe-feu" après les incendies de 1970. Ces 60 hectares, propriété des familles Escouboué et Dieulafé, ont été plantés avec les cèpages traditionnels du cru : grenache, mourvèdre, vermentino, roussane ... au bulldozer, sans murettes mais avec des pistes, des chemins et des canalisations pour l'eau. Et ça marche : il n'y a pas de dégâts comme on peut le constater. Ceci permet une petite mécanisation du travail viticole et Thierry Parcé, du domaine de la Rectorie nous présente Gyspette son mulet, qui laboure avec l'aide de Kelly (comptoise).

viticulture,syndicat des vignobles de la côte vermeille

Cette agréable excursion se poursuit par une lecture du paysage de la terrasse panoramique du Mas Reig à Banyuls, siège du Syndicat des Vignobles de la Côte Vermeille, par Bernard Saperas du domaine Vial-Magnères. Quand on boit un vin, c'est toute une histoire qu'on déguste, toute une vie de vigneron, tout un paysage auquel nous sommes très attachés et qu'il faut préserver. Ce paysage qui a été sculpté depuis des siècles et que nous devons transmettre ...en l'entretenant de notre mieux.

Ensuite Hélène Grau, oenologue, a animé une dégustation des Collioure blancs; et cette rencontre fructueuse s'est terminée par un déjeuner sous forme de buffet en accord des mets et des vins préparé par le restaurant de Banyuls : La Littorine.

Le vin ne se réduit pas à une couleur, un nez, un goût, un arôme mais il représente tout un terroir, un rêve, un moment... Et c'est tout cela que nos restaurateurs vont essayer de présenter aux consommateurs éventuels; après cette journée intéressante et instructive.

Claude Vitou

12/02/2011

Vincent Torguet, créateur de bijoux !

Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur, ce monde rayonnant de métal et de pierre, me ravit en extase et j'aime à la fureur les choses où le son se mêle à la lumière'. Cet extrait du poème de Baudelaire 'Les Bijoux' est un peu le miroir de l'état d'esprit du jeune bijoutier Vincent Torguet.

Torguet, bijoux, collioure, La Place

Vincent Torguet, expulse hors des frontières de la création le déjà vu pour laisser s'exprimer l'insolite ou encore des demandes particulières d'une clientèle exigeante.

C'est dans son atelier – bijouterie situé au 17 avenue Aristide Maillol qu'il nous a reçu pour nous livré quelques secrets de la joaillerie. Interview.

Quel est votre parcours professionnel ?
Je suis un autodidacte, j'ai eu le coup de foudre pour le métier de bijoutier au cours d'une rencontre à Castelnou avec Eric Lazarus qui m'a enseigné pendant quelques temps les ficelles de ce métier. Ensuite, j'ai effectué une formation en sertissage à Montpellier, je me documente très souvent sur l'univers de la joaillerie puis la passion m'aide à faire le reste.

Torguet, bijoux, collioure, La Place

Bijou ou Collection, que vous représente le mieux ?
Ni bijou, ni collection, pour moi le maître mot c'est la création. Il y a sans cesse une quête du renouveau dans mon travail de recherche personnelle pour faire naître un bijou unique. J'ai d'ailleurs lancé l'été dernier, le bijou galet. Ces galets ramassés par les vacanciers ou projeté en ricochet sur la Méditerranée m'ont inspiré des bagues, des colliers, des pendentifs ou encore des boucles d'oreilles. Une manière aussi d'allier la beauté d'un bijou à dame Nature. Je travaille également en collaboration avec mon voisin de palier Gérard, Kinésithérapeute, sur l'ergonomie des bagues, histoire de faire corps avec son bijou.

 Quel rapport entretenez vous avec les différents matériaux ?
Au niveau des matières, je recherche l'innovation c'est pourquoi je me suis axé vers des matières nobles comme le Palladium issu de la famille du Platine, qui est un métal précieux plus solide et plus brillant que l'or actuellement onéreux sur le marché. J'ai découvert aussi l'Altuglass (matière synthétique translucide ou teintée, très résistante), qui offre des possibilités multiples en matière de formes et de couleurs, au final le bijou prend des airs 'années 80'. J'utilise également des molaires de mammouth fossilisées provenant d'un fournisseur en Antarctique, pour réaliser des pendentifs originaux.

Torguet, bijoux, collioure, La Place

De quoi se compose votre gamme de pierres précieuses, laquelle est votre préférée ?
Pour dégoter des pierres rares et uniques, je voyage régulièrement en Asie car les pierres sont taillées là -bas même si les gisements sont ancrés ailleurs. Le prix est établit en fonction de la qualité du nombre de carats, de la couleur et des particularités de la pierre. Les couleurs sont les compagnes indissociables d'un bijou : ainsi, j'utilise à cet effet, des pierres fines comme la Tourmaline à base de borate et de silicate naturel offrant des teintes verte, noire ou rose. Pour les tons bleu, brun ou violet, j'ai opté pour la Tanzanite, pierre précieuse ayant fait la fortune du peuple Massaï au pied du Kilimanjaro et qui est mille fois plus rare que le diamant.

Outre les nombreuses pierres du marché, j'ai une préférence pour le grenat, bijou emblématique du pays catalan, qui par sa couleur rouge marié au jaune de l'or, évoque les couleurs du drapeau catalan. Mais, il existe de nombreuses variétés de grenat tel le grenat vert ou 'Démantoïde' signifiant en grec 'diamant' du fait de son éclat proche de ce dernier, c'est celui qui attise toute mon attention.

Torguet, bijoux, collioure, La Place

Comment naît l'idée de créer un nouveau bijou ? Quelles sont vos inspirations   premières ?
Mes idées me viennent par fulgurance, elles me traversent l'esprit, en m'inspirant de l'art tel la peinture et la sculpture contemporaine, de visites culturelles comme les musées ou encore grâce aux rencontres qui jalonnent mon chemin de vie, ainsi une personnalité ou un caractère d'une personne peuvent aboutir à un projet créatif.

 Et votre clientèle, avez vous eu des demandes originales de sa part ?
Ma clientèle vient me voir car je suis ouvert à toutes les fantaisies possibles ! Dernièrement, j'ai réalisé des poignées de portes en forme de galets. J'ai aussi créer une chevalière à l'effigie d'un club de moto militaire où j'ai usé de la technique numérique pour concevoir le prototype aux armes du corps d'armée. Une cliente m'a également demandé de réaliser un bijou nomade, composé d'une fleur immense pouvant s'adapter à tous les supports : bracelets, broches, colliers et bagues.

Torguet, bijoux, collioure, La Place

Pour vous, quelles sont les tendances actuelles en joaillerie ?
D'après moi, des bijoux aux formes géométriques et en couleurs. La forme d'aspect 'Godron' ou striée en relief dans les matières classiques tels que l'or et l'argent cartonnent sur le marché. Pour la Saint Valentin, je me suis axé sur des formes classiques avec biensur le célèbre coeur cher à Cupidon avec ajout de diamant ou encore des perles de cultures aux variétés de couleurs dans l'air du temps.

Vincent, avez vous des projets pour l'an 2011 ?
Oui, je souhaiterai au printemps prochain proposer une exposition de pierres précieuses ramenées de mes voyages et laisser le choix à la clientèle de réaliser avec son envie des bijoux somptueux.

torguet,bijoux,collioure,la place

Voilà un artiste autodidacte qui n'a pas fini de briller en société tout comme ses bijoux d'ailleurs.

Interview et Crédits Photos Barbara Delacre

Bijouterie La Place Vincent Torguet 17 Avenue Aristide Maillol (gare) : Créations Ventes et Réparations.

Ouverture du lundi au vendredi de 9 h à 19 h, sur rendez-vous en dehors de ces horaires.

Infos et site Web : www.torguet.1w1.fr Contact 06 77 80 44 54.

06:02 Publié dans métier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : torguet, bijoux, collioure, la place | | |

27/01/2011

Le Fort Taillefer : antre du maître coutelier Xavier Araté

Il y a des métiers surgissant du passé qui intriguent ou marquent l’admiration, j'ai rencontré Xavier Araté, maître coutelier à Collioure qui a installé son atelier depuis novembre 2005, dans un lieu chargé d’histoire, le Fort Taillefer. Zoom sur cet artiste hors du commun.

taillefer fort.jpg

 

Le parcours d’un passionné de coutres. Xavier Araté a arpenté l’hexagone tels les célèbres compagnons : une besace sur l’épaule contenant quelques ‘Opinel’ sur lesquels il sculptait les manches.Au cours de son périple, il découvre la cité des couteaux : Thiers. Là-bas il est intégré au sein de l’équipe de ‘La Maison des Couteliers’, véritable fief d’un savoir faire ancestral et laboratoire d’expérimentation en matière de techniques et de design. Robert Beillonnet, Meilleure Ouvrier de France, lui enseigne alors les multiples facettes du métier. En 1992, Xavier décroche le CAP de Coutellerie et d’instruments Chirurgicaux. En participant au concours de la Société d’encouragement aux métiers d’art, il décroche le 1er Prix National. Après deux ans de collaboration avec Alain Dumousset, Compagnon Spécialiste du Damas à la Maison Couttier, il rencontre Guy Vialis, créateur du sommelier ‘Château Laguiole’. Ce dernier lui confie la direction de l’Atelier de la Bastide de Sauveterre en Aveyron. Xavier se transforme en Maître de Formation et signe de nombreuses créations et pièces uniques.

les couteaux palette.jpg

 

Pour ce catalan pure souche, le moment est venu de rentrer au pays et de concrétiser une idée qui lui trottait dans la tête : installer un atelier de Coutellerie au Fort Taillefer, propriété de la ville de Collioure…

Quand les rêves deviennent réalité. Comme tous les gosses à l’époque, Xavier a côtoyé le Fort Taillefer (fin du XIXème siècle) au hasard de balades improvisées ou de jeux d’enfants. Il a par la suite participé, au débroussaillage des sentiers de randonnées qui entourent la Batterie de Taillefer. De retour au pays, Xavier a cherché un local pouvant faire office d’atelier, sans succès. Ne baissant pas les bras, il a donc pensé au Fort Taillefer à l’abandon depuis 30 ans. Il a proposé son projet à la Mairie qui a encouragé sa démarche et a signé en sa présence, une convention en bonne et due forme.Le Fort ayant subi les caprices du temps, a été entièrement restauré par ses soins : défrichage, mise à jour des surfaces ensevelies par les glissements de terrain, reconstitution des volumes érodés, nettoyage des citernes, maçonnerie, huisseries, peintures, électricité…

Un an plus tard, la grande casemate est enfin équipée d’une forge, d’établis pourvus d’outils, de tourets… L’atelier est opérationnel.

Xavier devant l'établi.jpg

L’atelier du Maître Coutelier. Xavier réalise sur commande ou à la demande de particuliers des couteaux divers : couteaux pliants ou fixes, couteaux à cran d’arrêt manuel, couteaux à découper le jambon, couteaux de table, poignards… Les matières utilisées varient en fonction de l’objet à réaliser : Bois aux essences différentes tels que buis, bruyère, olivier, poirier, noyer, ébène de Macassar, palissandre de l’Honduras,des matériaux synthétiques comme la fibre de carbone, le granit, la pâte Fimo, le Micarta (tissus mélangé avec de la résine. Il crée les lames avec de l’acier inox, carbone ou damas (pâte feuilletée alternant deux plaques en acier nickel et carbone qui se plient à volonté, et qui révèle des motifs lors d’un trempage dans de l’acide).

taillefer petit établi.jpg

Xavier effectue peu de forge mais utilise plutôt la technique de l’usinage par abrasion. Pour fabriquer un couteau, il y a plusieurs étapes : en premier lieu, le maître coutelier utilise un gabarit en vue de procéder au traçage et au perçage, puis il pratique un détourage à l’aide de tourets où sont installées au préalable des sortes de bandes de papier de verre aux différents grains.

Coutelier Taillefer bandes.jpg

C’est à ce stade de l’élaboration du couteau que le Maître Coutelier redouble d’attention : il contrôle la vitesse de rotation en fonction des matières utilisées, rapide pour la ferraille des lames et lente pour les bois des manches. Puis, il procède à la mise au tranchant de la lame, elle peut être plate, creuse ou bombée comme sur les Opinel.

Ensuite, il façonne les manches en suivant les mêmes techniques que celles décrites ci-dessus. La décoration des manches ou guillochage s’effectue à la lime. Une fois toutes les pièces prêtes, il les monte en les fixant avec des clous ou des vis.

le couteau en plein montage.jpg

La dernière opération consiste à donner le dernier brillant ou le satinage du couteau, pour cela il se sert de bandes de flanelle mélangées à une pâte abrasive.

Sur des couteaux pliants, Xavier réalise un ajustage mécanique.

Un couteau d’un Maître Coutelier c’est comme une œuvre d’art, Xavier appose sur chaque pièce sa signature AX.

Couteaux palette suite.jpg

Avec ce passionné de la création et de la recherche, le couteau se décline à l’infini pour le plus grand bonheur de tous ! Une chose est sûre, c’est qu’avec une telle dextérité et un tel savoir faire, Xavier ne craint pas une concurrence au couteau !

Pour aller à l’atelier du Maître Coutelier Xavier Araté : Uniquement sur rendez-vous au 06 81 49 38 40. Au niveau du rond-point de la Zone Artisanale du Cap Dourats, prendre la direction du Rimbau. Au carrefour, suivre la direction Madeloc sur la D86, tout en profitant du somptueux paysage qui s’offre à vous. Au niveau des monuments des pompiers, garer votre véhicule et emprunter le sentier sur la droite de ce bâtiment. Au bout de deux kilomètres, vous arriverez au Fort de Taillefer. Sonnez à l'aide de la cloche située à l’entrée pour appeler le maître coutelier qui vous recevra dans son atelier pour vous faire découvrir des trésors de couteaux.

Texte et crédits photos Barbara Delacre.

13:47 Publié dans métier | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : couteaux, coutelier, taillefer, araté | | |