15/06/2014

premier trophée des voiles latines

IMG_8277.JPG

Durant le week-end de Pentecôte, les 7 et 8 juin, a eu lieu le premier trophée des voiles latines de la Côte Vermeille.

Dix-sept barques ont fait la course. Le vent était fort et le spectacle magnifique.

IMG_8282.JPG

Nos belles catalanes nécessitent beaucoup de force et d'agilité.

IMG_3537.JPG

DSCF3197.JPG

DSCF3233.JPG

IMG_8326.JPG

Cette manifestation a été réalisée à l'initiative de Marc Bataille, président de l'association " Ufana,sardinal de Collioure", association qui gère la barque " Ufana" de la mairie de Collioure.

La présence de nombreux sponsors, dont le CNEC ( Centre National d'Entraînement Commando ) pour la sécurité et l'UCAC ( Union des Commerçants et Artisans de Collioure ) pour le ravitaillement des participants a fait que la réussite de cette animation à la fois sportive et spectaculaire a été totale.

Merci à Martine Lance et à Olivier Nimier pour les photos.

Claude Vitou

12/06/2014

le jardin de la villa Palmar

DSCF3212.JPG

Ce n'est pas n'importe quel jardin. C'est le jardin de la villa Palmar, qui se trouve après le pont, sur la droite, quand on suit le Douy.
C'est un jardin extraordinaire créé par le célèbre botaniste Charles Naudin en 1870. Il avait en ce temps là planté des Jubaea Chilensis : des énormes palmiers cocotiers de la famille des arécacées, qu'il a fait venir du Chili.

DSCF3084.JPG

Naudin a trouvé là un endroit idéal à l'abri du vent et en présence d'eau pour acclimater ces célèbres palmiers aux feuilles pennées qui sont aujourd'hui sur la liste rouge de l'UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Il a créé alors son jardin privé expérimental.

DSCF3101.JPG


Aujourd'hui il ne reste que deux exemplaires des jubaea plantés par ce précurseur de la génétique moderne  ( 1956 est passé par là ), mais d'autres ont poussé grâce aux soins des propriétaires successifs et ce jardin d'acclimatation est devenu un magnifique écrin de verdure pour abriter l'exposition d'un groupe de six créatrices. L'événement a eu lieu samedi 7  et dimanche 8 juin sous le le nom de «  Palm Art  ».
L'invitation a donc été lancée pour une déambulation au milieu des palmiers géants, des bambous, des fougères anciennes,des buis énormes, des magnolias centenaires,des oiseaux de paradis ...

DSCF3093.JPG

DSCF3096.JPG

DSCF3205.JPG

DSCF3207.JPG

DSCF3210.JPG

DSCF3213.JPG

DSCF3216.JPG

pour découvrir les œuvres de Magali Rieder, Catherine Figuères, Nom d'une Chibouk, Sophie Gonzalès, Trois petits pois et Laurène Deloupy.
 Jardin de la Villa Palmar, ravin du Douy, à 400 m de la placette.

Cette déambulation fut tellement délicieuse et dépaysante que ce paradis insolite en plein coeur de Collioure ne devrait pas tarder à rouvrir ses portes. Informations, renseignements : jardinvillapalmar@gmail.com.

Claude Vitou

20/05/2014

collioure en 1905 racontée par Alain Ayats

DSCF2525.JPG

Samedi 3 mai à 17 h le centre culturel a fait le plein pour venir écouter le professeur Alain Ayats nous raconter la vie de nos ancêtres à Collioure au début du siècle.

C'est la sixième conférence qu'Alain Ayats donne pour l'association «  Les Amis de Collioure  » mais c'est toujours avec un grand plaisir qu'on vient l'écouter : un ton modeste, un certain recul, un humour décalé ... tout ce qui fait qu'on ne vient pas assister à une conférence mais plutôt écouter une histoire.
Une histoire du temps passé, d'après les travaux de Cécile Py et le recensement de 1901.
Il était une fois, en 1905, dans la petite ville de Collioure qui vivait tranquillement de la pêche et de l'agriculture, l'arrivée des chemins de fer ( en 1866) qui permirent les transports et les échanges. Il fallut alors agrandir la ville, démolir les remparts, construire une école ... Collioure devait rompre son isolement et il y avait aussi beaucoup de problèmes d'hygiène : beaucoup de bouleversements immobiliers donc, mais ce qui nous intéresse le plus c'est bien sûr la vie quotidienne des Colliourencs et c'est là que le conteur talentueux captive totalement son public.

DSCF2531.JPG



En 1901, il y a 2830 habitants à Collioure. Ils parlent catalan, ne vont pas longtemps à l'école, travaillent sur les bateaux ou bien la terre; sont commerçants ( 17 boulangers !), épiciers, cafetiers, cordiers, bouchonniers, tonneliers, négociants, saleurs, bergers, jardiniers, journaliers ... La plupart vivent de la mer, et environ une centaine vit exclusivement de la terre. Il y a aussi des militaires ( 110), des prisonniers ( une douzaine), des étrangers ( 68 espagnols). Il y a même un peintre, un certain Henri Matisse, qui arrive là, attiré par la couleur des paysages...un peintre parmi cent pêcheurs.

Mais les Colliourencs ne s'en préoccupent pas beaucoup : ils ont des problèmes avec les bateaux étrangers - italiens ou espagnols - qui viennent pêcher leur poisson ou bien avec les marsouins qu'il faut détruire sinon les saleurs vont faire venir le poisson d'Algérie !

Ils ne vont pas souvent à la messe, font beaucoup la fête, se battent entre habitants de la ville ( les riches) et ceux du faubourg ( les pauvres) et adorent la bagarre surtout en période électorale ... Ils quittent parfois Collioure quand la pêche est trop rare, émigrent en Afrique du Nord. Beaucoup partiront aussi à la guerre ...

Cette chronique du temps passé a été faite aussi grâce à un quotidien local : «  Le Roussillon » monarchiste, certes, mais la presse locale et les articles pittoresques qu'on y trouve ne sont-ils pas le plus merveilleux des outils pour un historien ?

DSCF2534.JPG

Applaudissements nourris du public.

DSCF2536.JPG

Bernard Lassère, président des amis de Collioure remercie Alain Ayats.

DSCF2540.JPG



Les photos du recensement de 1901 sont affichées au bar à côte de la salle polyvalente du centre culturel et le public pourra les consulter lundi 5 et mardi 6 mai de 9 h à 17 h et retrouver ainsi une trace de leurs ancêtres. Ensuite il faudra peut-être demander à l'accueil de la mairie pour pouvoir les consulter.

Claude Vitou

inauguration très festive de Mané

DSCF2504.JPG

Grosse fête dans la rue Berthelot, ce vendredi 2 mai à 19 h pour l'ouverture de la Boutique Mané - créateurs et design - au numéro 6.
Malgré la forte tramontane le tout Collioure est venu assister à l'événement. Il faut dire que la propriétaire Christine Pouchairet-Ramona est tellement sympathique et généreuse que les invitations ont été lancées en grand nombre et que tout le monde a répondu présent.

                                                                      

DSCF2519.JPG


Christine est en effet une personnalité très connue dans le village. Secrétaire de l'UCAC ( Union des Artisans et Commerçants de Collioure), elle a tenu l'hôtel Madeloc avec son mari Jean-Gilles pendant de nombreuses années, et ensuite fait un passage de quatre ans à la boutique «  Jouvences ». Ce printemps elle a décidé de se lancer  : créer une boutique-galerie avec des objets uniques d'artisans créateurs et de leur faire un écrin de choix pour mettre en valeur leur création.

                                                                     

DSCF2501.JPG

DSCF2511.JPG


Même si la boutique n'est pas parfaitement achevée et si les objets de design ne sont pas tous encore arrivés, on se rend compte dès maintenant que la qualité et l'originalité sont déjà là.
Des bestioles en grès et céramique d'Anaïs Stutzmann;

                                                                     

DSCF2510.JPG

DSCF2763.JPG

des lustres, des appliques et même des bijoux de Jean-Michel Petit;

                                                                      

DSCF2769.JPG

ainsi qu'un magnifique miroir

DSCF2776.JPG

des fleurs émaillées de l'atelier Douarn; des plats de Sandrine Ramona;

                                                                       

DSCF2771.JPG

le célèbre bestiaire de Vincent Torguet; des patères " petite friture";  des robes en armure photophores de Violaine Ulmer; des pieuvres en pâte à papier et des pique-fleurs de Sandy Pouget ... et même les tissus Sardane qui ont fait leur réapparition ...

                                                                         

DSCF2778.JPG


Tous les éléments sont réunis pour connaître un franc succès et la rue Berthelot est en train de devenir «  The Place To Be » à Collioure.
Boutique Mané,( du nom de Marie-Jeanne Atxer artiste peintre de la famille) 6 rue Berthelot, Collioure, ouverte toute l'année.

Claude Vitou

05/05/2014

le douanier Camille fait des miracles

DSCF5851.JPG

 Camille fait des miracles car les statues qu'il répare sont surtout des statues religieuses. On les lui confie abîmées, cassées, décapitées, tâchées, et il les rend jeunes et jolies ! Il leur parle, les bichonne, les caresse ...

DSCF5852.JPG


Il les nettoie, les repeint, et à l'aide de cordes et de fils de fer leur refait un corps tout neuf. Ensuite il assure le lifting et les belles passeront ensuite chez la coiffeuse et la couturière. En ce moment il s'occupe de sainte Véronique  à qui il a fait une prothèse avec un tube de pvc chauffé et qui est presque prête pour la prochaine procession de la Sanch.

DSCF5850.JPG


En plus d'être chirurgien et esthéticien Camille est aussi un fin botaniste : les roses trémières et les tulipes n'ont plus de secrets pour lui. Il les reproduit en bouts de carrelages, en billes et en goulots de bouteilles. 

DSCF5854.JPG

Il travaille sur un paysage dont le Canigou,en haut, est en hiver et la plaine, en bas est en été : Camille est très fantaisiste, et refait les saisons à sa façon. Il garde son sérieux pour les statues, pour le reste il se lâche un peu.

DSCF5860.JPG


Il est aussi un ébéniste talentueux : il découpe le bois comme de la dentelle. Il fabrique des cloisons, des meubles, des objets...dans son atelier qu'il a bricolé lui même.

DSCF5844.JPG

Il améliore aussi son jardin avec des fleurs en pierres et en coquillages : au moins elles ne se fanent pas et il économise l'eau de l'arrosage !
Et pour finir c'est un ingénieur astucieux : il s'est fabriqué un ascenseur un peu brinquebalant certes; mais qui lui permet d'économiser ses articulations.
Camille Andreu est un vrai génie ! Son atelier recèle plein de trésors présents et futurs : il a encore de nombreux projets. Et un optimisme à toute épreuve, avec toujours une plaisanterie ou une blague pour rire un peu ...

Si vous passez par la rue Romain Rolland, n'hésitez pas à aller lui dire un petit bonjour.

Claude Vitou

26/04/2014

Vernissage en fanfare de la galerie Profils-Artimon

DSCF2363.JPG

Beaucoup, beaucoup de monde à ce vernissage, samedi 19 avril en fin d'après midi : Quand un peintre est aussi musicien, l'ambiance est immédiatement festive !
 Et puis c'est le week-end de pâques, il fait bon, et l'endroit stratégique : quelques accords de guitare, un tréteau pour l'apéro, un groupe d'artistes talentueux : toute la rue du Docteur Coste faisait la fête.

DSCF2345.JPG


Cette année ils sont sept : le peintre Alain Guirado; le fondeur d'art  Nicolas Joosten; le céramiste Bernard Terreaux; le dessinateur graveur Woda ( qui chante aussi à la guitare ); le photographe Marc Gilmant; et deux nouveaux venus l'artiste Bastien Blot et la sculptrice Fetiye Boudevin.

DSCF2358.JPG


Et ils forment un ensemble très fort, chacun remarquablement exposé et mis en valeur pour le total ravissement du visiteur.

DSCF2362.JPG

Cette année il y a deux nouveautés dans la galerie :

DSCF2348.JPG

Le sourire de Fétyé devant ses sculptures

DSCF2351.JPG

La super connexion de Bastien Blot

DSCF2354.JPG

DSCF2343.JPG

Marc Gilmant : le photographe photographié


La galerie est ouverte tous les jours : 10 h 30 à 13 h et 15 h à 19 h; au 16 rue du Docteur Coste.

Claude Vitou

dégustation vente dans la vigne

DSCF2247.JPG

Claude Astié fier de son travail

C'est une façon originale et très conviviale de présenter son vin.
 Dimanche matin, Claude Astié avait lancé les invitations pour venir déguster les deux derniers nectars  de son domaine à Cap Dourats: un Collioure Rouge et un Banyuls Blanc, au milieu des vignes, au soleil, avec vue sur la mer, et le tout accompagné de la musique du groupe «  Influence  ».
Il parle de son vin avec beaucoup de passion, toujours à la recherche d'une qualité exceptionnelle. Et les rangées impeccables de ses Grenache, Mourvèdre et Carignan témoignent de son dur labeur.
Il prodigue d'infinies attentions à tous ces petits ceps taillés en éventail pour une meilleure maturation.
Le groupe Influence chante «  aller au bout de mes rêves ». Pour Claude, aller au bout de ses rêves c'est réussir à construire Sa cave. Nous lui souhaitons de bon cœur d'y arriver bientôt.

DSCF2262.JPG

Il présente ses deux champions

DSCF2264.JPG

L'ambiance est très conviviale

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

Le groupe Influences joue Goldman

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

Des chaises ont été installées pour les mélomanes

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

au milieu des feixes

dégustation,collioure rouge,banyuls blanc,groupe influence

Il y a le vin, la musique et la mer ...

Claude Vitou