11/06/2014

le fort Béar

IMG_1330.JPG

On le voit de loin, ce fort, au dessus de Port-Vendres, mais son accès est interdit.

DSCF3029.JPG

Ce fort fait partie du système de défense imaginé par Séré de Rivières; avec des forts de retranchement et des redoutes capables de se défendre mutuellement, reliés par des routes stratégiques. Taillefer, La Galline, Les Cinq Cents ... La passe de Port-Vendres devait être bien protégée par de nombreux canons installés dans Fort Béar et capables de tirer à dix kilomètres.

Ce fort a aussi servi de phare avant la construction du phare actuel.

L'armée de l'air y a aussi installé des balises de navigation aérienne.

Il faut dire que la vue est unique.

DSCF3019.JPG

Vers Port-Vendres.

DSCF2986.JPG

Vers Paulilles.

DSCF3007.JPG

Vers la terre.

Depuis 1970 le CNEC l'utilise comme terrain d'instruction.

Malgré les nombreuses restructurations annoncées dans l'armée au niveau national, l'armée reste en terre catalane. Les Pyrénées Orientales constituent un point stratégique que l'armée veut conserver et même améliorer.

 Le seul centre d'entraînement présent sur notre territoire : le CNEC : Centre National d'Entraînement Commando 1er bataillon de choc va en effet être modernisé surtout au niveau du parcours du combattant  du Fort Béar.

Ce parcours est très impressionnant.

DSCF3001.JPG

DSCF2998.JPG

DSCF3004.JPG

DSCF3005.JPG





Des murailles, des barbelés, un pont-levis imposant : la forteresse construite en 1879 paraît imprenable.

DSCF2990.JPG

DSCF3023.JPG



A l'intérieur : un paysage de guerre. Des murs effondrés et brûlés, des cibles, des obstacles, des tunnels : c'est ce parcours très réaliste du combattant qui va être modernisé avec de nouvelles technologies.
Nos soldats entraînés et aguerris doivent en effet pouvoir s'adapter aussi aux moyens de combat actuels.

Claude Vitou

Les commentaires sont fermés.