30/03/2013

Réunion exceptionnelle à la mairie

DSCF9428.JPG

Mardi 12 mars à 17 h, avant la réunion officielle du bureau de la mairie de Collioure; le conseil municipal était presque au complet pour recevoir 2 hôtes de marque : Michèle Clarès et Jo Figuères.
le cadeau de Michèle Clarès.

C'est un tableau textile de 130/120 intitulé : les visages du monde. Il va être désormais affiché à l'accueil de la mairie pour que tous les visiteurs puissent l'admirer. Ces visages de différentes ethnies que l'artiste a trouvés dans le magazine Géo, sont extraordinaires. Tout le travail est fait à la main : la broderie, l'appliqué, l'appliqué-inversé; et le support textile donne un relief particulier et une certaine douceur à ces visages aux regards expressifs. Cette oeuvre a obtenu le prix du public à l'exposition internationale de Lyon en 1995, et Michel Moly est particulièrement touché par ce cadeau offert par Michèle Clarès dont il a bien connu les parents au cours de ses mandats et qui est maintenant reconnue internationalement dans le monde de l'art textile.

DSCF9417.JPG


L'appel de Jo Figuères.
Jo Figuères, personnalité remarquable de Collioure lance un nouveau cri d'alarme pour sauver Consolation. Il a réalisé un film montrant notre cher ermitage Notre dame de consolation au fil des ans. Le temps des mariages, des anniversaires, des fêtes, des cargolades, des chansons ... Le temps des réunions joyeuses auxquelles tout le village participait ... Le temps des cerises chanté par Pierrot Camps ... Il ne reste plus beaucoup de temps pour sauvegarder tout cela : il est urgent d'agir sinon Consolation va mourir ! Ce film a pour but de donner l'alerte aux élus , et d'interpeler la population. Jo Figuères voudrait que " les Pabordes " qui gèrent actuellement Consolation se mettent en rapport avec la municipalité pour trouver rapidement une solution.

Claude Vitou

C'est le moment de planter la vigne

DSCF9407.JPG

Lundi 11 mars : le soleil est voilé, la température est douce, il n'y a pas de vent : Guy Puig du domaine Manya Puig a décidé de planter les ceps de vigne avec une " tarière " sorte de marteau piqueur avec une vis sans fin. Cet engin pèse quand même plus de 25 kg, et si le terrain est rocheux, la fatigue se fait vite sentir. Ce système de plantation a remplacé la méthode à la dynamite ...

DSCF9403.JPG



 Il plante des greffés-soudés de grenache noir, chaque jeune cep est recouvert de paraffine pour le protéger et éviter le dessèchement.

DSCF9408.JPG

Le 1er fait le trou à la tarière, le 2e y dépose le greffé-soudé, et le 3e rebouche le trou à la pioche. La mécanisation reste très limitée : le mal au dos guette, mais la terre est meuble après ces fortes pluies, et le paysage est magnifique.

Et puis dans quelques années, la récolte donnera un banyuls excellent souligne Guy, fier de sa médaille d'or au dernier concours général agricole du salon de l'agriculture de Paris pour son dernier Banyuls Blanc.

Claude Vitou

10/03/2013

François Bernadi en vedette au Caféclat

DSCF9140.JPG

C'était l'Evènement de la saison de Caféclat ce vendredi 15 février : A l'occasion de la réédition de son roman " L'oeil de mer " aux publications de L'Olivier, François Bernadi est venu enchanter son auditoire avant de se livrer à la traditionnelle séance de dédicaces: pour chacune un dessin marin et un message chaleureux.

DSCF9133.JPG


  Ellen Hall, créatrice de Caféclat.

C'est le café littéraire de Collioure, qui invite une fois par mois le vendredi de 18 h 30 à 20 h des écrivains à présenter leurs oeuvres et à partager leur amour pour le mot juste. Ces conviviales réunions ont lieu au 1er étage des Templiers. Renseignements : www.cafeclat.blogspot.com

DSCF9142.JPG


 Un chef d'oeuvre : l'édition originale magnifiquement illustrée par l'auteur de " Rue du Soleil".

Il n'a pas l'habitude de tant d'honneurs, François, il a la simplicité des plus grands. Mais il fait un effort, il se lance, et puis plus rien ne l'arrête, et surtout pas la pendule : il est libre.
 Sans plan, sans chronologie, comme ça lui vient, il raconte avec un plaisir évident ses souvenirs, ses anecdotes, les personnages qui l'ont marqué.

Son enfance à Collioure, où il a eu comme maître Augustin Hanicotte ou bien le général Caloni; son adolescence à Menton chez sa tante avec son entrée au lycée et sa première fête du citron; et surtout son école des mousses pendant laquelle la guerre a été déclarée. Sa campagne maritime dans le sous-marin reste rocambolesque et la confusion des différents bateaux de guerre très drôle !

Il y a eu ensuite les dures années du STO, mais il raconte toujours avec autant d'entrain et d'humour son apprentissage d'ouvrier en Allemagne, ses copains Daubis et Cazeilles, son évasion dans les toilettes du train ... son récit est parsemé de quelques chansons pour les paroles desquelles il consulte son calepin ou bien de quelques phrases en catalan. Et même si on perçoit un peu de nostalgie pour ce Collioure d'autrefois, ses plages remplies de bateaux ou ses fermières du Rimbau; on admire son énergie, son optimisme et le nombre de ses projets. Sa silhouette élancée nous fait oublier qu'il est né en 1922 !
Peinture, littérature, sculpture ?

Oui, oui, tout cela, mais en dehors du système : " je suis un homme libre ".
Bravo Monsieur Bernadi, Collioure vous remercie par un tonnerre d'applaudissements. Que les inconditionnels se rassurent " Rue du Soleil " va être réédité après l'été 2013; et toutes les anecdotes qu'il nous a racontées ici feront l'objet de son prochain livre.

Claude Vitou