10/03/2013

François Bernadi en vedette au Caféclat

DSCF9140.JPG

C'était l'Evènement de la saison de Caféclat ce vendredi 15 février : A l'occasion de la réédition de son roman " L'oeil de mer " aux publications de L'Olivier, François Bernadi est venu enchanter son auditoire avant de se livrer à la traditionnelle séance de dédicaces: pour chacune un dessin marin et un message chaleureux.

DSCF9133.JPG


  Ellen Hall, créatrice de Caféclat.

C'est le café littéraire de Collioure, qui invite une fois par mois le vendredi de 18 h 30 à 20 h des écrivains à présenter leurs oeuvres et à partager leur amour pour le mot juste. Ces conviviales réunions ont lieu au 1er étage des Templiers. Renseignements : www.cafeclat.blogspot.com

DSCF9142.JPG


 Un chef d'oeuvre : l'édition originale magnifiquement illustrée par l'auteur de " Rue du Soleil".

Il n'a pas l'habitude de tant d'honneurs, François, il a la simplicité des plus grands. Mais il fait un effort, il se lance, et puis plus rien ne l'arrête, et surtout pas la pendule : il est libre.
 Sans plan, sans chronologie, comme ça lui vient, il raconte avec un plaisir évident ses souvenirs, ses anecdotes, les personnages qui l'ont marqué.

Son enfance à Collioure, où il a eu comme maître Augustin Hanicotte ou bien le général Caloni; son adolescence à Menton chez sa tante avec son entrée au lycée et sa première fête du citron; et surtout son école des mousses pendant laquelle la guerre a été déclarée. Sa campagne maritime dans le sous-marin reste rocambolesque et la confusion des différents bateaux de guerre très drôle !

Il y a eu ensuite les dures années du STO, mais il raconte toujours avec autant d'entrain et d'humour son apprentissage d'ouvrier en Allemagne, ses copains Daubis et Cazeilles, son évasion dans les toilettes du train ... son récit est parsemé de quelques chansons pour les paroles desquelles il consulte son calepin ou bien de quelques phrases en catalan. Et même si on perçoit un peu de nostalgie pour ce Collioure d'autrefois, ses plages remplies de bateaux ou ses fermières du Rimbau; on admire son énergie, son optimisme et le nombre de ses projets. Sa silhouette élancée nous fait oublier qu'il est né en 1922 !
Peinture, littérature, sculpture ?

Oui, oui, tout cela, mais en dehors du système : " je suis un homme libre ".
Bravo Monsieur Bernadi, Collioure vous remercie par un tonnerre d'applaudissements. Que les inconditionnels se rassurent " Rue du Soleil " va être réédité après l'été 2013; et toutes les anecdotes qu'il nous a racontées ici feront l'objet de son prochain livre.

Claude Vitou

Les commentaires sont fermés.