27/01/2011

Le Fort Taillefer : antre du maître coutelier Xavier Araté

Il y a des métiers surgissant du passé qui intriguent ou marquent l’admiration, j'ai rencontré Xavier Araté, maître coutelier à Collioure qui a installé son atelier depuis novembre 2005, dans un lieu chargé d’histoire, le Fort Taillefer. Zoom sur cet artiste hors du commun.

taillefer fort.jpg

 

Le parcours d’un passionné de coutres. Xavier Araté a arpenté l’hexagone tels les célèbres compagnons : une besace sur l’épaule contenant quelques ‘Opinel’ sur lesquels il sculptait les manches.Au cours de son périple, il découvre la cité des couteaux : Thiers. Là-bas il est intégré au sein de l’équipe de ‘La Maison des Couteliers’, véritable fief d’un savoir faire ancestral et laboratoire d’expérimentation en matière de techniques et de design. Robert Beillonnet, Meilleure Ouvrier de France, lui enseigne alors les multiples facettes du métier. En 1992, Xavier décroche le CAP de Coutellerie et d’instruments Chirurgicaux. En participant au concours de la Société d’encouragement aux métiers d’art, il décroche le 1er Prix National. Après deux ans de collaboration avec Alain Dumousset, Compagnon Spécialiste du Damas à la Maison Couttier, il rencontre Guy Vialis, créateur du sommelier ‘Château Laguiole’. Ce dernier lui confie la direction de l’Atelier de la Bastide de Sauveterre en Aveyron. Xavier se transforme en Maître de Formation et signe de nombreuses créations et pièces uniques.

les couteaux palette.jpg

 

Pour ce catalan pure souche, le moment est venu de rentrer au pays et de concrétiser une idée qui lui trottait dans la tête : installer un atelier de Coutellerie au Fort Taillefer, propriété de la ville de Collioure…

Quand les rêves deviennent réalité. Comme tous les gosses à l’époque, Xavier a côtoyé le Fort Taillefer (fin du XIXème siècle) au hasard de balades improvisées ou de jeux d’enfants. Il a par la suite participé, au débroussaillage des sentiers de randonnées qui entourent la Batterie de Taillefer. De retour au pays, Xavier a cherché un local pouvant faire office d’atelier, sans succès. Ne baissant pas les bras, il a donc pensé au Fort Taillefer à l’abandon depuis 30 ans. Il a proposé son projet à la Mairie qui a encouragé sa démarche et a signé en sa présence, une convention en bonne et due forme.Le Fort ayant subi les caprices du temps, a été entièrement restauré par ses soins : défrichage, mise à jour des surfaces ensevelies par les glissements de terrain, reconstitution des volumes érodés, nettoyage des citernes, maçonnerie, huisseries, peintures, électricité…

Un an plus tard, la grande casemate est enfin équipée d’une forge, d’établis pourvus d’outils, de tourets… L’atelier est opérationnel.

Xavier devant l'établi.jpg

L’atelier du Maître Coutelier. Xavier réalise sur commande ou à la demande de particuliers des couteaux divers : couteaux pliants ou fixes, couteaux à cran d’arrêt manuel, couteaux à découper le jambon, couteaux de table, poignards… Les matières utilisées varient en fonction de l’objet à réaliser : Bois aux essences différentes tels que buis, bruyère, olivier, poirier, noyer, ébène de Macassar, palissandre de l’Honduras,des matériaux synthétiques comme la fibre de carbone, le granit, la pâte Fimo, le Micarta (tissus mélangé avec de la résine. Il crée les lames avec de l’acier inox, carbone ou damas (pâte feuilletée alternant deux plaques en acier nickel et carbone qui se plient à volonté, et qui révèle des motifs lors d’un trempage dans de l’acide).

taillefer petit établi.jpg

Xavier effectue peu de forge mais utilise plutôt la technique de l’usinage par abrasion. Pour fabriquer un couteau, il y a plusieurs étapes : en premier lieu, le maître coutelier utilise un gabarit en vue de procéder au traçage et au perçage, puis il pratique un détourage à l’aide de tourets où sont installées au préalable des sortes de bandes de papier de verre aux différents grains.

Coutelier Taillefer bandes.jpg

C’est à ce stade de l’élaboration du couteau que le Maître Coutelier redouble d’attention : il contrôle la vitesse de rotation en fonction des matières utilisées, rapide pour la ferraille des lames et lente pour les bois des manches. Puis, il procède à la mise au tranchant de la lame, elle peut être plate, creuse ou bombée comme sur les Opinel.

Ensuite, il façonne les manches en suivant les mêmes techniques que celles décrites ci-dessus. La décoration des manches ou guillochage s’effectue à la lime. Une fois toutes les pièces prêtes, il les monte en les fixant avec des clous ou des vis.

le couteau en plein montage.jpg

La dernière opération consiste à donner le dernier brillant ou le satinage du couteau, pour cela il se sert de bandes de flanelle mélangées à une pâte abrasive.

Sur des couteaux pliants, Xavier réalise un ajustage mécanique.

Un couteau d’un Maître Coutelier c’est comme une œuvre d’art, Xavier appose sur chaque pièce sa signature AX.

Couteaux palette suite.jpg

Avec ce passionné de la création et de la recherche, le couteau se décline à l’infini pour le plus grand bonheur de tous ! Une chose est sûre, c’est qu’avec une telle dextérité et un tel savoir faire, Xavier ne craint pas une concurrence au couteau !

Pour aller à l’atelier du Maître Coutelier Xavier Araté : Uniquement sur rendez-vous au 06 81 49 38 40. Au niveau du rond-point de la Zone Artisanale du Cap Dourats, prendre la direction du Rimbau. Au carrefour, suivre la direction Madeloc sur la D86, tout en profitant du somptueux paysage qui s’offre à vous. Au niveau des monuments des pompiers, garer votre véhicule et emprunter le sentier sur la droite de ce bâtiment. Au bout de deux kilomètres, vous arriverez au Fort de Taillefer. Sonnez à l'aide de la cloche située à l’entrée pour appeler le maître coutelier qui vous recevra dans son atelier pour vous faire découvrir des trésors de couteaux.

Texte et crédits photos Barbara Delacre.

13:47 Publié dans métier | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : couteaux, coutelier, taillefer, araté | | |

Commentaires

Un Maître coutelier d'une exceptionnelle gentillesse aussi solide que l'acier de ses œuvres d'art

Écrit par : caupena | 23/06/2015

Les commentaires sont fermés.